L’ADFM est une organisation fondée depuis plus de 30 ans avec pour mission, la promotion de l’égalité et de l’égale dignité des hommes et des femmes. Durant ces trois dernières décennies, l’ADFM a joué un rôle central dans les évolutions sociales et des mentalités, dans les réformes du statut juridique des femmes et filles, dans la promotion de leur participation politique et publique, de leurs droits économiques et sociaux et dans la lutte contre les violences et les stéréotypes fondés sur le genre au niveau national et territorial.

A travers son histoire et son parcours, notre organisation a évolué en relation avec l’impératif du renouvellement générationnel et celui imposé par la complexité du contexte politique et sociétal.  Ces défis ont incité les membres à marquer des pauses réflexives et d’évaluation du positionnement stratégique, du dispositif organisationnel et de gouvernance de l’association.

Création                                                                                                                                

L’ADFM a été fondée le 1er juin 1985 à Casablanca. Militantes pour une grande partie d’entre elles du Parti du Progrès et Socialisme (PPS), les fondatrices se sont impliquées dans un projet ciblant la promotion de l’égalité en droits et en dignité entre les hommes et les femmes dans le cadre d’une dynamique dictée par les impératifs suivants :

  1. Capitaliser sur leur engagement politique, initié pour plusieurs au début des années 70, dans la clandestinité, dans le contexte sombre du Maroc des « années de plomb » (très diffèrent d’aujourd’hui). Cet engagement puisait ses finalités et surtout ses outils d’analyse dans la vision du mouvement communiste et ouvrier de l’époque, qui considérait que les contradictions dites « secondaires » se diluent dans les contradictions « principales ». Les contradictions « secondaires » sont les inégalités hommes/femmes alors que celles considérées comme principales sont les contradictions de classe. Par conséquent, cette vision portait un regard négatif sur le « féminisme », concept considéré comme bourgeois, faisant référence aux femmes qui remettent en cause leur statut d’infériorité sans pour autant remettre en cause le capitalisme comme système d’exploitation.
  2. Exprimer une prise de conscience « féministe », telle que nous la concevons aujourd’hui, encouragées par :
  • Les trajectoires personnelles intellectuelles, sociales et familiales, ayant conduit les fondatrices, issues de différentes régions, à l’engagement militant ;
  • L’expérience de terrain auprès des femmes dans le cadre du militantisme de masse : ouvrières d’usines, femmes de quartiers populaires, fonctionnaires, étudiantes….
  • Le processus international, avec retombées nationales, enclenché dès 1975 par la célébration de l’année internationale de la femme. Ce processus a fortement contribué à sensibiliser et mobiliser au niveau national, en particulier les militantes politiques et syndicales ;
  • Les savoirs capitalisés des études féministes et des expériences des mouvements des femmes au niveau mondial ;
  • L’enclenchement timide du processus de démocratisation du pays avec l’émergence des premières structures et dynamiques de ce qui sera appelé ultérieurement la société civile.
  1. Offrir aux femmes un espace souple et autonome pour libérer la parole des femmes et leur permettre de s’exprimer sur les problèmes dont elles souffrent et nourrir le débat sur les solutions à leurs problèmes.

Les militantes de l’association ont développé un choix stratégique qui est celui de faire de l’ADFM un instrument au service des droits des femmes et de l’égalité et non pas au service d’une idéologie ou structure partisane.

Ainsi, l’ADFM a été la première association en son genre pour au moins trois raisons :

  • Son choix stratégique clair à travers sa vision et sa mission : les structures partisanes, syndicales et associatives à cette époque ne fondaient pas leur projet sociétal autour de l’égalité de genre.
  • Son caractère « politique » visible à travers ses objectifs : les associations existantes à cette époque, étaient exclusivement à caractère social et / ou caritatif ;
  • Son « autonomie » de par son statut juridique, son règlement intérieur et par son fonctionnement interne : les structures politiques existantes étaient représentées, notamment par des « sections femmes » des partis du mouvement national.
 


A propos de l’ADFM

Association non gouvernementale à but non lucratif, apolitique et militante pour les droits de femmes.

Créée en 1985.

Bureau de Rabat

Adresse : 02, Rue Ibn Mokla, quartier Les Orangers, Rabat

Tel : +212 5 37 73 71 65 / +212 5 37 70 60 81

Fax :  +212 5 37 26 08 13 

E-mail : association.adfm@gmail.com

Bureau de Casablanca

Adresse : 79, Rue Jaber Ben Hayane, Casablanca 

Tel : +212 5 22 02 51 52

Fax :+212 5 22 20 45 81 

E-mail : adfm.ong@gmail.com

Bureau de Marrakech

Adresse : GH5/164, Imm. B Apt. 20, Bassatine Targa, Targa Marrakech

Tel :

Fax :  

E-mail : ass.adfmmarrakech@gmail.com