Ensemble pour l'égalité et la dignité
  avril 2017  
lumamejevesadi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
Il n'y a aucun évènement à venir pour ce mois dans l'agenda
L’ADFM lance un projet relatif au renforcement de la représentation politique des femmes au niveau local
Le Maroc s’est engagé depuis la fin des années 90 dans un processus de mutations rapides et de transition économique, démographique, sociologique et démocratique.

La transition démocratique s’est affirmée par des réformes majeures visant :
- la restructuration du conseil consultatif des droits de l’homme (CCDH) conformément au traité de paris relatif aux institutions nationales ;
- la création du médiateur marocain « Diwan Al Madhalim » ;
- la création de « l’Instance Equité et Réconciliation » (IER) à la suite d’une recommandation du CCDH ;
- la réparation communautaire ;
- la suppression de la Cour Spéciale de Justice (CSJ) par le conseil du gouvernement ;
- la réforme du code des libertés publiques ;
- l’adoption d’un nouveau code de procédure pénale offrant de meilleures garanties de protection des droits de l’homme ;
- la réforme partielle du code pénal pour renforcer la protection des femmes et des enfants ;
- la réforme du code de la famille ;
- la réforme du code de la nationalité ;
- la réforme de la loi des partis politiques, du code électoral et de la charte communale ;
- etc.

Le gouvernement conscient de l’impératif de lutter contre toutes les formes de discrimination et de l’insuffisance du seul cadre normatif a adopté plusieurs stratégies nationales pour accompagner les réformes législatives et consacrer les droits humains et les libertés fondamentales des femmes.

Les efforts entrepris en matière de promotion des droits des femmes ne se sont pas traduits au niveau de la représentation politique des femmes malgré que les femmes aient eu le droit de vote et d’éligibilité depuis 1962 dans la première constitution.

Certes, le taux de la participation féminine a toujours été plus important que celui des hommes. Mais, elles sont restées cependant exclues des sphères du pouvoir et ce, malgré leur participation en tant que candidates durant les différentes échéances électorales.

L’octroi de droits politiques égaux stipulé dans l’article 8 et 12 de la Constitution n’a pas été accompagné de mesures permettant de traduire cette égalité dans les faits et l’accès réel des femmes aux instances de décision.

Attendre 40ans pour avoir 35 femmes au parlement avec un pourcentage de 10,8% et 0,6% au niveau communal, montre que le domaine politique développe les plus grandes résistances à l’inclusion des femmes dans la prise de décision.

Le monde entier reconnaît qu’un grand pas a été franchi par le Maroc lors des élections législatives de 2002. Ces récents acquis sont le produit d’une grande campagne de plaidoyer, de sensibilisation et de formation qui a commencé depuis les années 90.

En 1997, l’ADFM a décidé de créer le CLEF (Centre de Leadership féminin) avec le soutien de la NED « National Endowment For democracy » et l’UE « Union Européenne ».

En effet, l’ADFM était convaincue que le développement durable, la démocratie ne peuvent être réalisés en absence de la prise en compte de la dimension genre dans tous les domaines de la politique publique et sans la participation des femmes aux postes de responsabilité et de prise de décision.

Le CLEF a pour principal objectif de développer les capacités personnelles des femmes pour les encourager à investir les lieux de pouvoir en leur permettant de mieux maîtriser les mécanismes institutionnels.

Dans le cadre du CLEF plusieurs modules de formation étaient mises en place pour former des femmes futures candidates, des centaines de femmes élues sont passées par ce centre.

L’ADFM a décidé de reconduire son programme relatif au « Renforcement de la représentation politique des femmes », ceci en partenariat avec FAES de l’ACDI « Agence Canadienne de développement International » .

Ce programme s’inscrit dans un plan d’action global de formation et de sensibilisation sur la participation des femmes aux postes de décision et de responsabilité au niveau local, organisé dans le cadre du CLEF.

L’ADFM dans le cadre du CLEF a le souci de former un groupe « politique genre » et de créer une nouvelle génération de formateurs-fomatrices au profit de l’égalité loin du centre et venant des régions.

L’objectif général du projet

Appuyer les actions de l’ADFM de plaidoyer, de mobilisation, de renforcement des capacités des femmes candidates et de suivi des résultats afin qu’elle soit en mesure d’agir et de garantir une amélioration significative de la représentativité féminine au niveau des élections communales de 2009.