Ensemble pour l'égalité et la dignité
  mai 2017  
lumamejevesadi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Il n'y a aucun évènement à venir pour ce mois dans l'agenda
Participation politique des femmes : Bilan 2008 et perspectives 2009
Des avancées considérables ont été accomplies en matière de l’évolution de la situation de la femme au Maroc, s’accordent à souligner plusieurs intervenantes de la société civile. La décision de lever les réserves au sujet de la convention internationale de lutte contre la violence (bien qu’elle soit jugée partielle), le projet de loi de lutte contre la violence en cours d’élaboration et la proclamation du 10 octobre journée nationale de la femme constituent les réalisations majeures du mouvement féministe au Maroc. Malgré cela, beaucoup reste encore à faire particulièrement en matière de représentativité de la femme dans les postes de décision jugés encore en deçà des attentes et aspirations des femmes.

Khadija Rebbah (ADFM), coordinatrice du Mouvement du tiers : Pour une stratégie communale tenant compte de l’approche genre

Plusieurs acquis sont à souligner en matière de l’évolution de la situation de la femme au Maroc, déclare d’emblée Khadija Rebbah, présidente de la section de Casablanca de l’ADFM et coordinatrice du Mouvement du tiers. Concernant la participation politique, notre interlocutrice souligne la portée favorable des réformes introduites dans le code des élections portant sur la représentativité de la femme. Ces amendements ont contribué à hausser le taux de participation de la femme dans les élections à 12% bien que la formule ne soit pas claire. Toujours sur le même registre politique, s’agissant de la charte communale, plusieurs réalisations sont aussi à noter, notamment l’instauration d’un système informatique dans les communes et la mise en place d’une stratégie communale tenant compte de l’approche genre, cheval de bataille de l’ADFM et du Mouvement du Tiers. Autre point positif, souligne Khadija Rebbah, la mise en œuvre d’un comité du développement humain impliquant à la fois femmes et handicapés.

Un autre acquis historique est aussi à souligner, à savoir la proclamation du 10 octobre, journée nationale de la femme. Cette célébration offre l’opportunité à la fois d’ouvrir et d’élargir le débat sur d’autres questions se rapportant à la femme marocaine. Parmi les points réalisés, et non des moindres, figure la levée par le Maroc des réserves concernant la convention internationale de lutte contre la discrimination (CEDAW). Cette décision a été saluée par l’ensemble de la société civile bien qu’elle soit partielle et n’exprime pas réellement la volonté de l’Etat de mettre un terme à la discrimination, souligne Khadija Rebbah. Car, explique-t-elle, la question de la femme est toujours traitée dans un cadre politique qui ne se traduit pas à la réalité. Notons aussi les débats en cours portant sur le projet de loi de lutte contre la violence et qui constituent un pas important dans la voie de l’égalité. Toutefois, beaucoup reste encore à faire, estime la militante féministe, principalement sur le plan de la représentativité féminine. Nous devons œuvrer pour l’instauration du principe du tiers dans les prochaines élections communales et donner aux femmes plus de chance pour occuper les postes de décision.

(...)

Lire la suite du bilan :
www.albayane.ma/def.asp ?codelangue=23&id_info=148071

Propos recueillis par Saâdia Alaoui et Soumia Yahia
Source : www.albayane.ma
Date : 4 janvier 2009