Ensemble pour l'égalité et la dignité
  février 2017  
lumamejevesadi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272812345
Il n'y a aucun évènement à venir pour ce mois dans l'agenda
Déclaration conjointe sur la condition des femmes migrantes dans le partenariat euro-méditerranéen
L’Association Démocratique des Femmes du Maroc, l’Association des Femmes Tunisiennes pour la Recherche sur le Développement et l’Association des Femmes de l’Europe Méridionale, fédération européenne d’associations et plateformes d’associations des Etats membres méridionaux de l’UE, expriment leurs graves préoccupations quant aux carences juridiques en matière de garantie et de protection des droits humains des femmes, notamment des femmes migrantes, et de respect du principe d’égalité des genres dans les Etats du Partenariat Euromed.

Nous soulignons « l’invisibilité », la marginalisation et l’extrême vulnérabilité des femmes migrantes, malgré leur contribution majeure au développement social et économique des pays d’accueil et des pays d’origine de l’espace Euro-méditerranéen. Nous soulignons que les femmes ne sont pas une minorité, mais la grande majorité des personnes migrantes, présentes dans toutes les catégories de l’immigration, y compris économique et humanitaire. Les femmes migrent de plus en plus souvent seules dans l’espoir d’une vie décente pour elles et pour leurs familles. Ce sont des femmes qui fuient des conditions de désespérance humaine, de guerres et de conflits, de répression politique, d’exclusion économique, de pressions et violences familiales telles les mutilations génitales, les mariages forcés, de menaces au nom de la religion… Nous déplorons que la protection des droits humains des femmes migrantes reste lettre morte, du fait qu’elles sont des femmes, tant dans les communautés et sociétés d’origine que dans les sociétés d’accueil. Dans les pays partenaires du Sud, les violations des droits humains des femmes qui découlent des législations et pratiques nationales se voient aggravées. Dans les pays partenaires du Nord, en dépit d’un riche acquis en droits fondamentaux dont toutes les femmes bénéficient en vertu du droit international et européen, cet acquis n’est pas suffisamment appliqué par les législations et les pratiques nationales. Nous appelons à la sauvegarde de cet acquis contre toute atteinte directe ou indirecte, à son renforcement et à son application effective. Nous rappelons l’impérieuse obligation qui incombe à l’UE, à ses institutions, à ses Etats membres et à ses Etats partenaires, d’éliminer toutes les inégalités dont sont victimes les femmes et de promouvoir de manière effective l’égalité des genres dans tous les domaines, en droit et dans la pratique, conformément aux traités européens et internationaux i. Nous rappelons que l’égalité des genres constitue une pierre angulaire du Partenariat Euro-méditerranéen et une condition sine qua non des processus de démocratisation, de développement et de dialogue interculturel. Elle implique nécessairement une sécularisation du droit et une laïcité réelle. Afin que cette obligation soit effectivement remplie, il est impératif de mettre en œuvre de manière effective tous les instruments pertinents adoptées à l’échelle des Nations Unies, du Conseil de l’Europe, de l’Union européenne et du Partenariat Euromed, qui affirment la prééminence des droits de la personne humaine, y compris de l’égalité entre femmes et hommes, et assurent la protection juridique des femmes migrantes et leur intégration dans la société. ...

Accéder au texte intégral de la déclaration

PDF - 80.4 ko
Déclaration conjointe