Ensemble pour l'égalité et la dignité
  mars 2017  
lumamejevesadi
272812345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112
Il n'y a aucun évènement à venir pour ce mois dans l'agenda
Le code électoral et la participation politique des femmes
Dans le cadre de son action en faveur d’une participation politique des femmes, l’ADFM a mené un plaidoyer qui a contribué aux réformes de la loi organique relative à la Chambre des représentants (Loi no 06 02 du 6 mai 2002)


- Adoption d’un nouveau mode de scrutin ; la représentation proportionnelle plus favorable à la représentativité des « catégories »,
- Introduction de la représentativité des femmes par l’intermédiaire d’une liste nationale implicitement réservée aux femmes.
Ainsi, les partis politiques s’étaient mis d’accord, par le bais d’un pacte moral, pour d’une part, réserver la liste nationale aux candidatures féminines et d’autre part, adopter des quotas de 20 à25M de représentativité dans leurs instances dirigeante.

Lors des élections législatives de septembre 2002, la liste nationale, conforme au principe de discrimination positive a eu l’avantage de multiplier les candidatures par 12 et le nombre d’élus par 17,5, de donner à la Chambre des représentants 35 élues (soit 13% des députés, la même proportion qu’en France), de faire passer le Maroc du 118ème au 69ème rang mondial et atteindre le second rang au niveau du monde arabe.

Cependant, la Loi organique de la Chambre des députés de 2002 n’a pas institué le quota. La représentativité politique des femmes à la Chambre des représentants est tributaire du respect de l’engagement moral des responsables politiques. Actions menées pour la réforme des lois

- Etudes pour mieux cerner les résistances et identifier les pistes d’actions pour une plus grande présence des femmes dans les sphères de prises de décision
- Rencontres de sensibilisation et d’information réalisées sur la base des études,
- Production d’outils de vulgarisation sur les mécanismes de discrimination positive.
- Plaidoyer pour le changement des lois surtout celles en rapport avec les élections en apportant des propositions (quota et mode de scrutin juste, mesures financières d’incitation ou de sanction…) adoptées et portées par plusieurs composantes de la société civile,
- Campagne médiatique (communiqués de presse, passages télé, distribution d’affiches, cassettes, flyers…) en partenariat avec les associations locales et régionales (Collectif) pour une présence effective des femmes aux mandats électoraux et fonctions électives,
- Formation du CLEF ( Centre pour le Leadership Féminin) dans le cadre du renforcement des capacités des femmes des partis politiques, des ONG, des syndicats et des femmes cadres.