Ensemble pour l'égalité et la dignité
  juin 2017  
lumamejevesadi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012
Il n'y a aucun évènement à venir pour ce mois dans l'agenda
L’ADFM au coeur de la dynamique du mouvement pour les droits des femmes
L’ADFM est très présente au sein du mouvement international pour les droits des femmes, ce qui lui permet de participer à plusieurs manifestations importantes aux plans maghrébin, arabe et international.

A L’ECHELLE NATIONALE

ANARUZ : Réseau national des centres d’écoute des femmes victimes des violences
- ANARUZ est un réseau national des centres d’écoute des femmes victimes de violence qui a été créé le 24 Avril 2004 pour contribuer au renforcement des capacités des associations à travers le Maroc dans les domaines de la défense des droits des femmes et la lutte contre les violences à leur égard.

- Le réseau compte actuellement 39 membres répartis dans les différentes régions du Maroc. Il a réalisé un travail de grande envergure à dimension nationale avec le soutien de : UNFPA ; UNIFEM ; Ambassade et Ministère de l’Egalité des chances de la Belgique.
- le réseau a réaliser des outils stratégiques :

  • une base de données uniformisée sur les violences à l’égard des femmes installée dans tous les centres du Réseau ANARUZ,
  • un Portail Internet fédérateur sur la thématique de la violence avec les sites spécifiques de chaque centre d’écoute :www.anaruz.org ,
    - des Kits de formation,
    - des rapports annuels sur les violences à l’égard des femmes au Maroc,

Mouvement pour les droits des Femmes /Assises du mouvement des femmes
Le mouvement s’est mobilisé dès le recul sur le ministère délégué à la condition féminine à travers des communiqués et des lettres ouvertes. Il a également adressé une lettre ouverte au premier ministre lors de la nomination du gouvernement actuel. Par la suite, il a organisé plusieurs réunions et débats et il a adressé un Mémorandum signé par 12 associations au premier ministre en 2005, dans lequel il interpelle le gouvernement sur ses engagements vis à vis du plan d’action de Beijing quant au MNPF et revendique des mécanismes institutionnels efficaces pour la promotion des droits des femmes
En 2006, l’ADFM a organisé une rencontre entre les différentes associations travaillant sur les droits humains des femmes pour relancer la réflexion et la mobilisation à l’échelle nationale dans le cadre des « Assises du mouvement des femmes »
Les rencontres qui ont suivi durant l’année 2006 ont permis de définir les axes et les groupes de travail :
- l’axe juridique et les revendications actuelles quant à l’application de la code de la famille (Groupe de Casa),
- le mouvement des femmes et les mécanismes institutionnels de promotion des femmes (Groupe de Rabat),

Pour la journée du 8 mars 2006, le mouvement a préparé une plate-forme sur le thème : « lecture de l’expérience du mouvement féminin pendant les dernières années : évaluation, enjeux et stratégie du futur »

Les travaux des assises se sont poursuivis en 2007 par la rencontre organisée le 9 juin par l’AMDF à Casa et dont une des principales recommandations était de relancer le débat sur les mécanismes institutionnels. Celle-ci a été suivie par la rencontre organisée par l’ADFM le 24 juillet 2007 qui a permis d’aboutir à plusieurs recommandations concernant le mouvement des femmes, les mécanismes institutionnels de promotion des femmes ainsi que la démarche pour le plaidoyer.

Réseau d’Appui au plan d’action pour l’intégration des femmes au développement
L’ADFM s’est impliquée à l’instar d’autres associations féminines, dans l’élaboration du "Plan d’action pour l’intégration des femmes au développement" conformément aux recommandations de la conférence de Beijing (1995). Il est à noter que cette implication a été très importante car ce sont deux cadre dirigeantes de l’ADFM qui, à titre d’expert ont contribué à la rédaction du plan : Amina Lemrini pour l ‘axe Education et Rabéa Naciri en tant que coordinatrice scientifique du plan. Par ailleurs, l’ADFM a été très active au sein du réseau d’appui au plan d’action dont la coordination a été assurée par Amina Lemrini.

Collectif printemps de l’égalité pour la réforme de la Moudawana
Le Collectif printemps de l’égalité s’est constitué pour :
- catalyser l’effort en vue d’accompagner la Commission consultative pour la réforme du Code de Statut Personnel,
- infléchir la décision de la Commission dans le sens des propositions présentées par le mouvement féminin.

L’ADFM en tant que membre très actif au sein du comité de pilotage du Printemps de l’égalité, a pu participer à la promotion d’une nouvelle façon de communiquer la revendication féministe. C’est ainsi, qu’elle a pu contribuer à la conception des messages de la campagne de communication du « Printemps » et superviser sa mise en œuvre. De même, elle a été fortement engagée dans l’action de plaidoyer que le Printemps a mené en faveur de la réforme du code de la famille.

Comité de soutien à la scolarisation des filles
- L’ADFM est membre très actif du comité de soutien à la scolarisation des filles en milieu rural, crée en 1997, avec comme principal objectif de mener des activités de plaidoyer, de formation et de proximité afin de renforcer la scolarisation des filles rurales. Le comité a travaillé sur un vaste programme de bourses d’internat pour les filles rurales.

Comité de suivi pour les droits des femmes pour la réforme du code du travail
Ce comité constitué de 8 organisations (droits de l’homme, des femmes et centrales syndicales) avait comme objectifs la constitution d’un lobby fort pour influer sur la réforme du code du travail dans un sens qui garantisse les droits des femmes.

Comité de suivi pour la réforme du code des libertés publiques
L’ADFM est membre très actif du comité de suivi pour la réforme du code des libertés publiques. Ce comité, crée en 1998, dans le cadre des activités menées par l’Espace associatif, a mené une grande campagne nationale de sensibilisation des ONG à travers le Maroc et rédigé un mémorandum des ONG (600 signataires). Il a également mené un plaidoyer soutenu auprès du gouvernement pour garantir la prise en compte du mémorandum des ONG dans la réforme de la loi des associations.

Collectif des associations de lutte contre la corruption
L’ADFM est membre du réseau des ONG actives en matière de lutte contre la corruption

Comité de coordination des femmes démocrates
L’ADFM a été membre de ce réseau constitué par 6 ONG qui a été crée en 1997, à l’occasion des échéances électorales communales et législatives. Ce comité avait pour objectif d’une part, d’imposer la prise en compte de la question féminine dans les programmes des partis et d’autre part, d’assurer une représentativité significative des femmes dans les instances élues.

Espace Associatif
L’ADFM est membre fondateur (décembre 1996) et membre actif de l’Espace Associatif. Elle contribue par la présence d’une des cadres de l’association à la réalisation de ses plans d’action

A L’ECHELLE REGIONALE ET INTERNATIONALE
L’ADFM est très présente au sein du mouvement international pour les droits des femmes, ce qui lui permet de participer à plusieurs manifestations importantes aux plans maghrébin, arabe et international. Dans ce sens, l’association a travaillé à la consolidation les liens de solidarité avec le mouvement des femmes dans le monde arabe ceci à travers l’organisation d’un séminaire réunissant plusieurs activistes arabes travaillant sur les questions du crime d’honneur, du droit de vote, de la Moudawana ou luttant contre l’islamisme (Algérie et Soudan, Jordanie, Koweit, etc.).

Par ailleurs, L’ADFM travaille en étroite collaboration avec des associations et des institutions européennes (Italie, France, Espagne, Belgique, et pays bas) sur les droits juridiques des femmes marocaines immigrées

Collectif 95 Maghreb Egalité (Algérie, Maroc et Tunisie)
Au niveau du Maghreb, L’ADFM est membre fondateur du Collectif 95 Maghreb Egalité. Dans ce cadre, elle a participé à l’élaboration des deux rapports annuels du collectif : le premier sur les " violations flagrantes des droits et violences à l’égard des femmes au Maghreb" publié en 1998 et le deuxième sur la thématique de la violence symbolique en 1999. L’ADFM s’y intéresse particulièrement à la violence dans les manuels scolaires et les media. Actuellement, l’ADFM contribue à la rédaction du manuel des « cent mesures », finalisation programmée pour janvier 2000.

L’ADFM est très engagée au niveau de son action au sein du Collectif 95 Maghreb-Egalité. C’est ainsi qu’elle a travaillé durant une année à la réflexion sur le mouvement des femmes par les femmes du mouvement. Cet exercice d’analyse, qui s’est matérialisé à travers plusieurs rencontres entre les actrices du mouvement, a été d’une très grande richesse et a permis des réflexions profondes sur des questions centrales comme l’autonomie, le référentiel, la relève, la mixité, etc. Cette contribution de l’ADFM à une réflexion régionale englobant l’Algérie et la Tunisie a pu faire l’objet de deux publications : « Auto-portrait d’un mouvement » et « Dalil pour l’égalité dans la famille au Maghreb »

Dans le même cadre, l’ADFM a contribué, depuis plus de 3 ans, à l’élaboration d’un manuel intitulé « Cents mesures et dispositions pour une codification égalitaire du droit familial ». Ce document constitue un support très utile pour argumenter l’égalité en matière de statut personnel, y compris par le recours aux arguments de type religieux, sociologiques et juridiques.

Centre des Femmes maghrébines de Madrid : Bayti
Le partenariat a été initié en 1998 avec la Communidad de Madrid (Direction générale des femmes) pour l’intégration des femmes marocaines immigrées à Madrid. En plus du renforcement des capacités des femmes concernées, il a permis de faciliter leur insertion dans le tissu social madrilène

L’ADFM a également contribué de manière active à la mise ne place du centre d’accueil « Bayti » pour les femmes maghrébines à Madrid. Par ailleurs, le CEFIAJ assure des consultations juridiques et des ateliers aux femmes marocaines suivies à Bayti

Réseau des associations féminines de la Méditerranée
Réseau pilote qui vise la construction d’un partenariat permettant d’augmenter la capacité des associations dans le domaine du développement par l’adoption d’une perspective « genre » et de renforcer leur rôle dans les processus de démocratisation. Il a réalisé une grille d’analyse sur les besoins et pratiques des associations concernant le développement en réseau, des ateliers de réflexion et des ateliers de formations aux NTIC.

Réseau Euro méditerranéen des Droits de l’Homme (REMDH)
L’ADFM, est membre fondateur de ce réseau. La section de Rabat contribue très activement à la dynamique des droits de l’homme à l’échelle méditerranéenne.