Ensemble pour l'égalité et la dignité
  juillet 2017  
lumamejevesadi
262728293012
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31123456
Il n'y a aucun évènement à venir pour ce mois dans l'agenda
Communiqué de presse : Appel des femmes arabes aux chefs d’Etats arabes
A l’occasion du trentième anniversaire de l’adoption par l’Assemblée générale des Nations Unies de la Convention sur l’Elimination de Toutes les Formes de Discrimination à l’Egard des Femmes (CEDEF), la Coalition régionale « Egalité sans Réserve » a lancé un appel aux chefs d’Etats arabes les exhortant à promouvoir l’égalité et la citoyenneté des femmes arabes en les conviant à :


- Lever l’ensemble des réserves à la Convention et à réviser toutes les lois discriminatoires qui constituent un obstacle à la jouissance par les femmes de leurs droits en tant que citoyennes,
- Intégrer les principes de l’égalité et de la non discrimination basée sur le sexe dans les constitutions, législations et plans d’action et à les mettre en œuvre,
- Soutenir les efforts de organisations non gouvernementales pour faire connaître la Convention et activer sa mise en pratique afin d’abolir toutes les formes de discrimination contre les femmes et promouvoir une égalité substantielle.

La coalition « Egalité sans Réserve », qui a été instituée en marge de la première conférence régionale sur la levée des réserves et la ratification du protocole optionnel de la Convention CEDEF, tenue à Rabat (Maroc) en Juin 2006, compte parmi ses membres des organisations de droits des femmes et des organisations généralistes des droits de l’Homme du monde arabe. La coalition « Egalité sans Réserve » a pour principal objectif d’inciter les Etats arabes qui n’ont pas encore ratifié la CEDEF (Soudan et Somalie) à y adhérer et exhorter les États parties à lever des réserves incompatibles avec le but et objectifs de la Convention ainsi qu’à ratifier son Protocole optionnel, tout en oeuvrant à l’harmonisation de leur législation nationale avec les dispositions de la Convention.
La coalition a salué, dans son appel, l’ensemble des mesures positives prises ces dernières années dans ce domaine, notamment :
- la levée par l’Egypte et l’Algérie de la réserve à l’alinéa (b) de l’article (9), relatif à la nationalité,
- la levée par les gouvernements Jordanien et Algérien de leur réserve à l’article 15 (paragraphe 4) sur la liberté de circulation et de choix de la résidence,
- l’annonce par le gouvernement du Maroc de son intention de lever ses réserves sur la CEDEF ;
- la ratification par la Tunisie du Protocole optionnel de la CEDEF, devenant ainsi le deuxième pays arabe après la Libye à avoir adhéré à ce protocole ;
- enfin l’adhésion du Qatar à la Convention.

En revanche, la coalition s’est déclarée préoccupée par les écarts persistant entre, d’une part les dispositions constitutionnelles et les exigences de la législation nationale, et d’autre part les engagements politiques et les pratiques institutionnelles des pays arabes. Ces décalages entretiennent et renforcent les discriminations, violences et exclusion des femmes arabes tant dans la sphère publique que privée. La coalition a également salué les luttes des organisations des droits de l’homme et de la femme pour surmonter les obstacles qui empêchent les femmes arabes d’accéder à leurs droits humains, en particulier en matière de transmission de la nationalité, de statut personnel, de violences et de participation politique. La coalition a aussi appelé la Ligue des États arabes à organiser une manifestation régionale pour célébrer la Journée internationale des droits de l’homme et d’y associer, d’une façon effective, les institutions nationales de promotion des femmes et organisations non gouvernementales concernées. L’appel aux dirigeants arabes a enfin rappelé les efforts déployés de la coalition pour la levée des réserves et l’adhésion au Protocole facultatif à la CEDEF, en particulier, les recommandations de la deuxième conférence régionale (Amman- Jordanie, Mai 2009), qui ont mis en exergue la nécessité pour les gouvernements arabes de tout mettre en œuvre afin que les femmes de la région puissent accéder à leurs droits et à la pleine citoyenneté.